Tourmentes – Tome 1 – À la merci du corsaire – Darlene Marshall

Quand son jeune frère Henry est gravement blessé, le corsaire d’origine américaine David Fletcher n’hésite pas à attaquer un bâteau anglais pour enlever le médecin. Le jeune homme qui opère Henry sous la menace et lui sauve la vie a une sacrée trempe. Il a beau être gringalet, il lui tient tête, si bien que, en dépit de leur cohabitation orageuse à bord du Fancy, Fletcher finit par apprécier la compagnie du Dr Charley Alcott, que n’effraient ni la vermine, ni la gangrène, ni les amputations. Ce qu’il ignore, c’est que Charley s’appelle en réalité Charlotte… et que ses habits dissimulent des courbes délicieusement féminines.

Après trop de livres qui se déroulent à Londres, j’ai commencé à chercher des romances historiques qui sortent de la capitale londonienne et de la campagne anglaise. Et je suis tombée sur la série Tourmentes de Darlene Marshall qui se déroule dans les Antilles avec comme toile de fond, la piraterie… Le résumé du tome 1 me plaisait, alors je me suis lancée dans la lecture du roman. J’ai apprécié ma lecture mais certains points m’ont quelque peu chagriné quand d’autres m’ont beaucoup plus 😀

Le gros point positif de ce roman, c’est sans nul doute son héroïne que je trouve carrément atypique. Après la mort de son père médecin, elle embarque sur un bateau pour rejoindre la Jamaïque pour y retrouver son parrain. Jusque là, c’est plutôt classique… Sauf qu’à la mort de sa mère, son père ne savait pas trop comment gérer la situation avec Charlotte et il a été au plus simple, il a fini par l’habiller en garçon et elle le suivait dans ses tournées, surtout que Charlotte est loin d’avoir un physique très féminin, ce qui explique pourquoi elle arrive à faire illusion. Donc Charlotte a passé beaucoup de temps à se faire passer pour un garçon et elle a acquis certains des réflexes masculins et parfois des réflexes assez insolites. Surtout, Charlotte a un sacré caractère, elle doute bien évidemment de ses compétences médicales car elle a été formée par son père et n’a pas pu terminer sa formation. Une femme dans un monde d’hommes, elle se doit de donner le change, ce qui n’est pas toujours évident mais elle s’en sort plutôt bien, jusqu’à l’abordage de son bateau par le Fancy. Et la voici embarquée de force sur un navire corsaire…

Le personnage masculin est un peu plus classique, le beau et grand ténébreux corsaire à qui on ne dit pas non. Je trouve sympa qu’il soit américain, cela met en avant le conflit anglo-américain où les anglais voulait interdit aux américains tout commerce avec la France, ce qui provoqua le blocus le long des côtes américaines. J’aime quand l’Histoire se mêle habillement à l’histoire. Mais revenons au héros, ce cher David est peut-être un peu trop l’archétype de l’américain fier… Autant dire que sa rencontre avec le docteur Charley va le pousser dans ses retranchements et pour mon plus grand plaisir. Ben, oui, parce qu’à force de côtoyer le docteur et à s’envoyer des piques, David commence à se poser sérieusement des questions sur son attirance pour Charley, il est en proie au questionnement et en plein doute car, nul besoin de rappeler qu’à cette époque les relations entre hommes étaient interdites pour souvent punies de la peine de mort. J’ai apprécié ce côté du héros qui finalement n’est pas si sûr de lui, il en serait presque touchant 🙂 Oui, presque, parce que sur d’autres points, je l’ai trouvé parfois agaçant.

J’ai eu un peu de mal avec les longs huis-clos qui se passent sur le Fancy, j’ai largement préféré les escales qui étaient dépaysantes et très drôles.

Après, je ne vais pas mentir, une fois que le secret de Charley est éventé, l’évolution scénaristique devient plus classique et peut-être même que c’est un peu trop rapide. J’ai trouvé la fin du roman un peu trop expéditive à mon goût.

Un premier tome agréable à lire, j’ai aimé la plume de Darlene Marshall qui semble avoir bien bosser son sujet et ça j’aime. Les scènes descriptives des opérations ont mis à mal mon petit cerveau d’hématophobe sévère, j’ai vraiment eu du mal à lire certains passages au point de devoir faire des pauses dans ma lecture pour éviter le bon vieux malaise vagal dans le bus *paye ta honte* mais heureusement, ces scènes sont peu nombreuses. Il y a quelques imperfections mais c’est ce qui donne son charme au roman. Une chouette lecture 😀

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s