L’été de la sorcière – Kaho Nashiki

On passe lentement un col et au bout de la route, dans la forêt, c’est là. La maison de la grand-mère de Mai, une vieille dame d’origine anglaise menant une vie solide et calme au milieu des érables et des bambous. Mai qui ne veut plus retourner en classe, oppressée par l’angoisse, a été envoyée auprès d’elle pour se reposer. Cette grand-mère un peu sorcière va lui transmettre les secrets des plantes qui guérissent et les gestes bien ordonnés qui permettent de conjurer les émotions qui nous étreignent. Cueillir des fraises des bois et en faire une confiture d’un rouge cramoisi, presque noir. Prendre soin des plantes du potager et aussi des fleurs sauvages simplement parce que leur existence resplendit. Ecouter sa voix intérieure. Ce n’est pas le paradis, même si la lumière y est si limpide, car la mort habite la vie et, en nous, se débattent les ombres de la colère, du dégoût, de la tristesse. Mais auprès de sa grand-mère, Mai apprendra à faire confiance aux forces de la vie, et aussi aux petits miracles tout simples qui nous guident vers la lumière.

Je crois que c’est ma première incursion dans la littérature japonaise hors littérature jeunesse puisque j’ai déjà lu La cité des brumes oubliées de Sachiko Kashiwaba, qui je le rappelle a inspiré Le Voyage de Chihiro, ainsi que Kiki la petite sorcière [Tome 1 | Tome 2]. Je découvre donc une littérature plus contemporaine avec ce petit roman de Kaho Nashiki. Petit par la taille mais grand par le contenu. Kaho Nashiki propose un roman initiatique teinté de poésie et de tendresse.

Lire la suite »

Les petites enquêtes de Jade – Tome 3 – L’ankou joue faux – Ena Fitzbel

Ah, Foisic ! Sa falaise crayeuse, sa plage aux eaux turquoise, ses mystères bien cachés… Il serait temps de découvrir ce village côtier breton si typique. Petit hic : il ne figure toujours pas sur les cartes.
Le concours de la plus grosse citrouille approche. Tous les villageois sont à pied d’œuvre pour tenter de le gagner. Totalement hermétique aux délires de ses concitoyens, Jade s’en moque comme de colin-tampon. Une seule chose lui importe : se débarrasser au plus tôt de sa mère (experte ès chamboule-tout), en visite chez elle.
Oui, mais voilà, il y a ces vols de sabots de jardin qui compromettent le bon déroulement de la compétition et que tout le monde lui colle sur le dos. Dire qu’elle est lasse de recevoir des lettres d’injures serait un doux euphémisme. Il va donc falloir réagir, et vite !
Sa mère, Alban (l’instituteur bourreau des cœurs qui s’ignore), Corentin (le jeune orphelin) et Rimbaud (le teckel énurétique) lui prêteront main-forte. Attention toutefois de ne pas croiser l’Ankou (le messager de la mort) au détour d’un chemin !

Après l’excellente surprise du 1er tome, Le curieux manoir de tante Aglaé, et du 2ème tome, Fest-noz fatal, je retourne avec plaisir à Foisic pour retrouver le quatuor infernal qui va être doté d’un membre supplémentaire pour ce 3ème tome, et ce n’est pas pour me déplaire, cela donne une nouvelle dynamique bienvenue.

Lire la suite »

Les petites enquêtes de Jade – Tome 2 – Fest-noz fatal – Ena Fitzbel

Comment ça ? Vous ne connaissez toujours pas Foisic, ce village côtier breton… Tout bien considéré, c’est normal : il n’est marqué sur aucune carte.
Le fest-noz, ce bal typiquement breton, arrive à grands pas. Qui aura l’insigne honneur d’être la cavalière d’Alban, le jeune homme le plus en vue de Foisic ? Les paris sont ouverts, et Jade ne figure pas parmi les favorites.
Peu importe… Elle a d’autres préoccupations que celle de parader aux côtés d’un parangon de son espèce. Quelqu’un veut lui trouer la peau, bon sang !
Alors soit, elle ne compte pas que des amis. Son fidèle teckel a houspillé quelques chats. Il se pourrait bien que son incontinence ait offusqué plus d’un villageois. Est-ce une raison pour chercher à la trucider ?

Finalement, j’ai tellement apprécié la lecture du Curieux manoir de tante Aglaé que j’ai enchainé directement avec la lecture du 2ème tome. Je me suis attachée au quatuor Jade/Alban/Corentin/Rimbaud. Jusqu’ici, je n’avais lu que peu de cosy mystery et les codes me plaisent, du mystère, de l’humour, des personnages totalement perchés et du rythme.

Lire la suite »

Les petites enquêtes de Jade – Tome 1 – Le curieux manoir de tante Aglaé – Ena Fitzbel

Jade, vingt-six ans, hérite d’un manoir à Foisic, en Bretagne, un lieu qui ne figure sur aucune carte. Étrange… D’ailleurs, pourquoi sa grand-tante Aglaé, qu’elle n’a pas connue, lui a-t-elle légué son bien ? Quoi qu’il en soit, il est hors de question pour une Parisienne pure souche de s’installer dans un bled paumé ! Jade a une idée précise en tête : retaper la bâtisse en quelques semaines, puis la vendre et faire ainsi une jolie plus-value. Mais son arrivée dans le village fait fourcher les langues des curieux. Pour couronner le tout, un agent immobilier véreux lorgne Les Ibis, qu’il veut à tout prix racheter… Tandis que Jade explore les différentes pièces du manoir, dont certaines sont fermées à clé et recèlent mille et un mystères, elle découvre dans le grenier une multitude d’objets antiques. Et pour cause : Aglaé était égyptologue ! En prime, la grand-tante s’est amusée à disséminer des indices à droite à gauche, qui mènent à un énigmatique trésor datant du règne de Louis XV. Aidée d’Alban, l’instituteur du village, de Corentin, un enfant surdoué, et de son fidèle teckel Rimbaud, Jade tente de percer le mystère…

Je n’avais pas prévu de lire ce roman dans l’immédiat mais mon cerveau subitement covidé à l’insu de mon plein gré a chamboulé mon planning lecture. Il me fallait une lecture légère pour mes neurones embrumés 😅 Un cosy mystery me semblait un choix absolument pertinent surtout que celui-ci est court et se lit rapidement. Je ne misais pas un kopeck dessus, je ne risque pas grand chose vu le cours actuel du rouble 🙄, et pourtant j’ai passé un agréable moment même si je suis allergique au roman écrit à la première personne 😆

Lire la suite »

La Carte Postale – Anne Berest

C’était en janvier 2003.
Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange.
Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme.
L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée.
Cette enquête m’a menée cent ans en arrière. J’ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre.

Sur conseils bien avisés, je me suis plongée dans la lecture de La Carte Postale d’Anne Berest qui a obtenu le prix Renaudot des lycéens. Habituellement, je ne suis pas hyper fan de ce genre de roman trop ancré dans la réalité et qui rappelle toute l’horreur dont l’être humain peut être capable. J’avoue que j’ai eu un peu de mal pendant les premières pages mais, finalement, j’ai trouvé cette plongée dans cette histoire familiale absolument passionnante. J’ai aimé cette approche de l’autrice qui présente son roman comme une enquête policière, à la quête d’une histoire familiale qui a connu l’horreur et la mort pendant la seconde guerre mondiale et même avant.

Lire la suite »