Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin – Laure Dargelos

Demi-Mot aurait pu être un village ordinaire, s’il n’était pas bâti à la limite du Texte. Jour après jour, les habitants polissent et astiquent les lettres ; ils entretiennent ces milliers de caractères qui, sans leur concours, se seraient déjà effondrés. Chez les Virgule-Point, l’aînée de la fratrie a choisi une voie bien différente : fleuriste ! Elle préfère bichonner des Trompettes à pétales plutôt que de faire prospérer l’empire des points et des virgules. Mais un événement inexplicable ne tarde pas à l’entraîner dans une spirale qui la dépasse.⁣

Et si l’avenir du village était en jeu ? Et si tout était lié à la Phrase sans fin, cette mystérieuse phrase laissée en suspens par l’Auteur ? ⁣

Le roman Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin de Laure Dargelos fait parti de la sélection finale du PLIB 2022. Ce qui explique pourquoi je voyais tant de critiques passer sur les différents blogs littéraires que je suis 🙂 Intriguée par le résumé, Prospérine a donc rejoint ma PAL et le roman m’intriguait tellement que je ne n’ai pas attendu pour le lire. Je ne connaissais pas cette autrice, cela faisait un moment que je ne suivais plus les sorties littéraires, je m’y suis remise avec l’achat de ma liseuse et l’ouverture de ce modeste blog qui aura eu le bénéfique effet de me remettre sérieusement à la lecture. Je plonge donc avec plaisir dans l’univers imaginé par Laure Dargelos et quel univers !!!

Et si à chaque fois qu’un auteur écrit un texte que cela soit à la main ou à l’ordinateur, un village se construit pour entretenir le dit-texte. Voilà le postulat de départ… Je ne savais pas trop à quoi m’attendre pour cette lecture et j’avoue ne pas avoir été déçue tant le roman est d’une belle originalité, bourré d’humour et d’inventivité avec une plume fluide.

Vous êtes une fille bizarre, et je crois que ma vie manquait De bizarrerie.

Demi-Mot est donc un peu village accolé à Peine Perdue, un texte inachevé qui donne lieu à toutes les spéculations et à tous les paris, comment se termine l’histoire d’amour en Pauline et Hector ? Tous les enfants de Demi-Mot étudient le texte à l’école et leurs parents l’entretiennent pour que celui-ci ne disparaissent pas. Et à chaque famille, sa lettre ou caractère spécial, la famille W entretient les W et surtout pas une autre lettre. Prospérine Virgule-Point, à ne pas confondre avec les Point-Virgule, est l’originale de sa famille puisqu’elle a décidé d’ouvrir une boutique de fleurs où elle peut exprimer tout son amour pour les plantes, aussi farfelues soient-elles. Héloïse, je te salue, le roman ne serait pas le même sans toi 😆 Alors, quand un matin, Prospérine trouve le cadavre de Tom W dans sa boutique, c’est le début d’une enquête aux multiples rebondissements puisque Prospérine n’est pas satisfaite des conclusions des enquêteurs. Et elle entraîne dans son sillage le pauvre Honoré Point-Virgule qui a eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. J’ai eu du mal avec le personnage d’Honoré au départ, je le trouvais quelque peu pédant avec sa manie de « majusculer » tous ses mots dans ses phrases sous prétexte qu’il habite la capitale. C’est vraiment bien trouvé de la part de l’autrice de majusculer les mots pour donner un accent, et c’est perturbant à lire, j’ai vraiment eu l’impression que le personnage prenait de haut tous ses interlocuteurs. J’ai apprécié l’évolution d’Honoré dans le roman… Quant à Prospérine, elle est gentille, complètement perchée, parfois pénible, bref elle est attachiante. Elle a aussi une chouette évolution mais je l’ai trouvé moins marquée que pour Honoré

Tiens, ça faisait longtemps que rien de fumeux n’était sorti de Votre bouche… À mon avis, votre esprit n’est jamais au repos et, lorsqu’il s’ennuie, il s’invente des problèmes.

Le roman débute un peu comme dans un cosy mystery mais je trouve qu’il s’oriente rapidement vers autre chose, puisque l’enquête va rapidement devenir une opération de sauvetage de Demi-Mot dont l’existence est liée au texte, et de dernier commence à disparaître. Elle élabore donc un plan complètement bancal qui n’a aucune chance de réussir et embarque Honoré et son petit frère Ernest dans l’aventure. Ernest un personnage très intéressant qui s’exprime comme un dictionnaire depuis qu’il a effectué une plongée qui s’est mal terminée, il est rigide mais réellement attachant et il trouve souvent la solution aux problèmes qui pourraient être insolubles. J’ai trouvé que l’intrigue policière passait rapidement au second plan avec le sauvetage de Demi-Mot, mais ce pan de l’histoire permet à l’autrice d’aborder de nombreux thèmes tels que la corruption, l’enrichissement personnel, la soif du pouvoir. Il y a de chouettes idées mise en place et je trouve un peu dommage que certaines ne soient pas un peu poussées, je pense notamment à la présidente Alinéa qui cherche à rester au pouvoir par tous les moyens.

Le bouquin était couvert de poussière – probablement parce qu’il n’avait jamais servi. D’après la page 2548, « la mort naturelle est la mort par défaut » et, comme ils n’avaient aucun indice, le brave docteur a inscrit « mort naturelle » sur son rapport.

Le roman brille par son inventivité, avec des jeux de mots en pagaille, tout comme les terribles inventions secrètes qui vont donner des sueurs froides à nos héros, les jeux de mots sont nombreux et drôles. Le trio Prospérine/Honoré/Ernest fonctionne terriblement bien et j’ai pris plaisir à suivre leurs aventures.

Un coup de cœur, ce roman est un bijou !!!

Note : 5 sur 5.

9 réflexions sur “Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin – Laure Dargelos

    • C’est dommage qu’il ne soit pas disponible sur Kindle… Je ne comprends pas trop pourquoi puisqu’il est disponible sur Kobo 🤔 Sûrement encore une histoire de droit. Peut-être que tu peux essayer en téléchargeant l’appli Kobo pour le lire sur ton téléphone… Ou alors il faut que tu croises les doigts pour qu’il soit disponible un jour sur Kindle… Ou alors qu’une gentille personne te fasse parvenir le livre par la Poste…
      Et la dernière solution à laquelle je pense n’est pas franchement légale 😅
      J’espère que tu arriveras à le lire un jour 😉

      Aimé par 1 personne

  1. Merci pour cette chronique, je l’avais repéré chez Light and Smell et je dois dire que le côté original m’a fortement intriguée ! J’aime beaucoup la manière dont l’auteure semble jouer avec les mots, les lettres et l’orthographe. Une lecture insolite et surprenante apparemment ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s