L’été de la sorcière – Kaho Nashiki

On passe lentement un col et au bout de la route, dans la forêt, c’est là. La maison de la grand-mère de Mai, une vieille dame d’origine anglaise menant une vie solide et calme au milieu des érables et des bambous. Mai qui ne veut plus retourner en classe, oppressée par l’angoisse, a été envoyée auprès d’elle pour se reposer. Cette grand-mère un peu sorcière va lui transmettre les secrets des plantes qui guérissent et les gestes bien ordonnés qui permettent de conjurer les émotions qui nous étreignent. Cueillir des fraises des bois et en faire une confiture d’un rouge cramoisi, presque noir. Prendre soin des plantes du potager et aussi des fleurs sauvages simplement parce que leur existence resplendit. Ecouter sa voix intérieure. Ce n’est pas le paradis, même si la lumière y est si limpide, car la mort habite la vie et, en nous, se débattent les ombres de la colère, du dégoût, de la tristesse. Mais auprès de sa grand-mère, Mai apprendra à faire confiance aux forces de la vie, et aussi aux petits miracles tout simples qui nous guident vers la lumière.

Je crois que c’est ma première incursion dans la littérature japonaise hors littérature jeunesse puisque j’ai déjà lu La cité des brumes oubliées de Sachiko Kashiwaba, qui je le rappelle a inspiré Le Voyage de Chihiro, ainsi que Kiki la petite sorcière [Tome 1 | Tome 2]. Je découvre donc une littérature plus contemporaine avec ce petit roman de Kaho Nashiki. Petit par la taille mais grand par le contenu. Kaho Nashiki propose un roman initiatique teinté de poésie et de tendresse.

Il est toujours difficile d’être juste quand les émotions entrent en jeu.

Mai est une jeune adolescente qui se retrouve angoissée rien que de se rendre au collège, elle a du mal avec les règles sociétales qui règnent. Sa mère prend donc la décision de l’envoyer chez sa grand-mère maternel qui habite une maison rudimentaire et isolée dans la montagne. L’adolescence est toujours un moment délicat et je trouve que ce n’est jamais évident d’aborder ce thème avec justesse et délicatesse, et je trouve que l’autrice s’en sort parfaitement bien. C’est un roman contemplatif, il est bourré de petits moments simples et de tranquillité, Mai et sa grand-mère apprennent à vivre toutes les deux ensembles en partageant des moments du quotidien, comme faire la lessive, nourrir les poules ou s’occuper du jardin. Et tous ces moment passés toutes les deux sont l’occasion pour la grand-mère de Mai de lui transmettre des valeurs essentielles et de répondre à ses questions même les plus délicates. Le roman aborde de nombreux thèmes complexes tels que le mal être adolescent, le deuil, l’acceptation de soi ou encore la différence. J’ai beaucoup aimé la façon dont la grand-mère explique les choses à Mai, j’ai trouvé que ses réponses poussaient Mai à une certaine réflexion, il n’y a pas de réponse absolue. Un joli moment entre Mai et sa grand-mère, quasiment hors de l’espace et hors du temps où les conseils donnés permettent à Mai de grandir.

Chacun a sa propre définition du bonheur. Toi aussi, Mai, tu dois chercher ce qui te rend heureuse.

Un roman initiatique d’une délicatesse et d’une authenticité rare, d’une très belle poésie et d’une très grande tristesse aussi. Pendant ma lecture, j’ai senti cette petite pointe de regret que l’on ressent quand on en passe aux personnes qu’on a aimées et qui ne sont plus là pour leur dire, ces personnes qui nous manquent profondément et dont on aimerait pouvoir de leurs conseils et aussi ces personnes qui sont parties avant de pouvoir crever l’abcès laissant place à une montage de regrets. C’est une lecture qui m’a quelque peu remué. J’ai eu du mal à lire le monologue de la grand-mère, d’ailleurs l’autrice a eu du mal à l’écrire et je comprends pourquoi, l’émotion est palpable de la première ligne à la dernière ligne.

Je ne m’attendais pas à une telle lecture, à la fois contemplative et initiatique. Une très belle lecture.

Note : 5 sur 5.

3 réflexions sur “L’été de la sorcière – Kaho Nashiki

  1. J’ai découvert ce titre grâce à Carfax dans mon article Raconte ton livre, et déjà le coté poétique m’avait intriguée. Mais avec ta chronique, je dois dire que la partie émotions semble très présente, très forte. Ca donne envie d’en savoir plus et de s’y plonger. Merci pour ce beau retour. Belle journée 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s