Les Lames du Cardinal – Tome 3 – Le Dragon des Arcanes – Pierre Pevel

Paris, 1633.
Les dragons menacent le royaume. Surgis de la nuit des temps, ils sont décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire dans les plus grandes cours royales d’Europe. Pour déjouer leurs complots, Richelieu dispose d’une compagnie d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Des hommes et une femme aux talents exceptionnels, prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal. Mais alors qu’ils approchent du Mont-Saint-Michel à la faveur de la nuit, ils savent que le prochain défi pourrait être le dernier. Car, outre les plans de leurs ennemis, il va leur falloir percer les secrets de l’ordre des Soeurs châtelaines qui réside en ces lieux sacrés. Cette fois le courage et la loyauté ne suffiront pas. Rapière au poing, les Lames devront se résoudre à tout sacrifier s’ils veulent sauver Paris de la destruction.

Finalement, j’aurais enchaîné la lecture des trois romans des Lames du Cardinal alors que ce n’est pas du tout ce que j’avais prévu au programme. Je me serais laissée embarquer par l’univers développé par Pierre Pevel même si je trouve que la série souffre de certains défauts mais elle reste tout de même séduisante et pour la lectrice non avertie de fantasy que je suis, je trouve que cela reste une bonne porte d’entrée en la matière. Définitivement, les romans ne peuvent se lire de façon unitaire, Les Lames du Cardinal est un gros tome introductif tandis que L’Alchimiste des Ombres est plutôt un tome de transition, je peux donc supposer que Le Dragon des Arcanes est un final explosif 🙂

La scène d’introduction nous emmène au Mont-Saint-Michel, domaine des Sœurs de Saint-Georges, Agnès de Vaudreuil nous offre une introduction digne d’un James Bond avec une infiltration à la recherche d’information que cet ordre semble cacher. Ordre qu’Agnès connaît bien puisqu’elle a été prête à les rejoindre avant de se détourner et d’intégrer les Lames du Cardinal. Bon, l’infiltration tourne mal, Agnès est capturée et mise en cellule. J’ai toujours du mal avec les Sœurs Châtelaines, la secte par excellence avec sa mission divine, qui savent toujours tout sur tout et, c’est ainsi et puis c’est tout. Leur façon d’essayer de forcer Agnès à rejoindre leur rang parce que c’est sa destinée m’a laissé perplexe tout le long de ma lecture.

Paris brûle, livré à la colère d’un dragon dont les écailles d’onyx luisent de rouge et d’or. Il rugit, crache et triomphe. Un joyau façonné flamboie à son front.

Je retrouve néanmoins tous les héros avec grand plaisir, même si les tensions au sein des Lames commencent à se dévoiler. Le ton est donné pour ce dernier tome, l’ambiance sera plus sombre et les sacrifices seront nombreux, les Lames vont payer le prix fort de leur mission. L’affrontement avec les dragons se fait plus frontal et de facto, plus sanglant. La fin approche et celle des lames également, malgré l’attachement qui les lie, des choix sont faits et les chemins se séparent. Les différentes allégeances se dévoilent et certaines m’ont laissées perplexe car j’avais l’impression qu’elles arrivaient de nulle part. J’ai aussi eu cette impression que certaines intrigues abordées dans le tome 1 avaient tout simplement été oubliées. Les rebondissements sont nombreux, et de facto, les incohérences peuvent se révéler nombreuses et nuisent à la crédibilité des différents arcs scénaristiques. Et j’ai trouvé un poil agaçant les multiples deus ex machina, coucou Saint-Lucq qui arrive toujours pile au bon moment pour sauver la mise 👋 Au final, j’ai trouvé que les personnages évoluaient pu tout au long de la saga, et c’est impression est renforcée par les multiples descriptions qui ne changent pas d’un iota entre la première page et la dernière page de la saga. J’ai trouvé la dernière bataille un poil brouillonne mais tout va bien, chaque protagoniste accomplit sa destinée sans réelle surprise, bref, je suis restée sur ma faim en terminant le livre.

Il n’est de guerre qui se puisse gagner sans bonne citadelle.

Les Lames du Cardinal est une saga sympathique, la lecture est sympathique mais les descriptions répétitives sont rapidement devenues agaçantes. Il manque clairement de la profondeur aux personnages, ils sont sympathiques et attachants mais je les ai trouvés lisses. Même si les différentes intrigues sont pleines de rebondissements, je n’ai jamais vraiment accroché à ces dernières. Je ne me suis pas réellement ennuyée lors de ma lecture, mais il manquait clairement quelque chose pour que je sois complètement séduite. Cependant, Les Lames du Cardinal reste un bon divertissement.

Note : 3 sur 5.

Une réflexion sur “Les Lames du Cardinal – Tome 3 – Le Dragon des Arcanes – Pierre Pevel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s