Jeunes filles en fleurs – Tome 1 – Et il l’embrassa… – Laura Lee Guhrke

La très bien élevée Emmaline Dove souhaite faire partager son excellente connaissance de l’étiquette aux lecteurs londoniens et en tant que secrétaire du Vicomte Marlowe, Emma sait qu’elle a la place idéale pour réaliser ses rêves. Marlowe est peut-être un bon-à-rien qui a un faible pour les danseuses de cancan et une aversion pour le mariage, mais c’est aussi un éditeur de premier plan et Emma est convaincue qu’il est sa meilleure chance de publier son livre de bonnes manières…jusqu’au moment où elle découvre que le sale menteur a refusé ses manuscrits sans en lire une page !
En tant qu’éditeur, Harry pense que les livres sur les bonnes manières ne sont rien d’autre qu’une torture. De plus, il ne parvient pas à croire que sa secrétaire est passionnée d’écriture. Elle a alors le front de le traiter de menteur et même de démissionner sans préavis, laissant ses affaires en déroute et mettant en doute son honneur. Harry décide qu’il est temps de donner quelques leçons à Miss Dove sur ce qui ne se fait pas. Mais quand il l’embrasse, il découvre que son ancienne secrétaire a plus de passion et de feu qu’il avait imaginé parce qu’un seul baiser lui donne envie de beaucoup plus…

J’ai découvert la plume de Laura Lee Guhrke avec Lorsque refleuriront les pêchers, un roman que j’avais adoré et qui délaissait la campagne anglaise pour la Louisiane d’après la guerre de Sécession. J’ai eu envie de découvrir d’autres romans de cette autrice et j’ai choisi de me plonger dans la série des Jeunes filles en fleurs, qui est composé de 4 livres. Et pour commencer, j’ai aimé le changement d’époque, le roman se déroule à la fin du XIXème siècle, cela change des romances historiques de type régence.

Pour le premier roman de cette série, je découvre une héroïne fort sympathique et, sous certains aspects, plutôt moderne. Emmaline Dove est une jeune femme, plutôt considérée comme une vieille fille de 30 ans, qui travaille comme secrétaire pour une maison d’édition. A l’époque, secrétaire était un métier d’homme alors qu’une femme l’exerce c’est à la limite de la bienséance et si en plus, elle est plus efficace qu’un homme, c’est carrément impensable. Emma est une femme indépendante, elle vit seule et subsiste à ses besoins, et comme elle est plus cigale que fourmi, elle réfléchi à son avenir et économise chaque sous qu’elle peut économiser. Mais Emma est aussi une rêveuse, et elle rêve de pouvoir faire publier ses écrits et surtout son manuel de bienséance. Je considère Emma plutôt moderne sauf en ce qui concerne l’étiquette où elle a certains préjugés qui ont la vie dure, et, je me retrouve à penser comme le héros, ce genre de manuel est ennuyeux et daté. C’est aussi un personnage pugnace qui fait d’une force ses déceptions. Elle réagit bien quand Lord Marlow refuse son dernier manuel sans même l’avoir lu, elle file chez la concurrence après avoir claqué la porte et trouve le succès. Et c’était très drôle de voir l’incompréhension de Harry face à la démission d’Emma et surtout face à son succès. Les petits déjeuners avec sa grand-mère, sa mère et ses sœurs ressemblaient à une séance de torture. J’ai aimé cette héroïne indépendante et travailleuse, même si je l’ai trouvé parfois agachiante avec ses règles de bienséance.

Où diable trouverait-elle un autre patron qui accepte de lui donner une telle somme ? Les hommes comme Marlowe, qui estimaient qu’une femme devait être payée autant qu’un homme, étaient des créatures plus rares que les licornes.

J’ai également apprécié Harry, qui lui aussi est bourré de préjugés, il voit Emma comme une « vieille fille » corvéable à souhaite, franchement, il est parfois odieux avec elle sur les missions qu’il lui confie. C’est un pair du royaume mais il a compris qu’il ne pouvait pas se reposer sur ses lauriers et que les revenus des domaines ne suffisent plus pour maintenir le train de vie de sa famille. Il prend plaisir à travailler et cela lui vaut quelques petites remarques sarcastiques mais qu’il balaie fort vite de la main. Lui, aussi, c’est un héros moderne mais avec des idées préconçues. Alors, le duo Harrison Marlow et Emmaline Dove fait rapidement des étincelles. Il pensait Emma froide et guindée, il lui découvre beaucoup de caractère et du culot. Il met aussi le doigt sur un pan de la personnalité d’Emma qui va la repousser dans ses retranchements, est-ce vraiment ses conseils qu’elle prodigue dans ses chroniques ou bien ceux que sa tante lui a rabâché sans cesse ? Les mœurs évoluent mais pas très rapidement et Emma, avec son passé, est finalement un personnage plus complexe qu’attendu. Harry et Emma se livre un jeu du chat et de la souris qui donnera lieu à des passages drôles, tendres, touchants ou sensuels. Ils se découvrent et se dévoilent, ils évoluent au contact de l’un et de l’autre. Ils sont complémentaires. C’est un duo que j’ai aimé suivre et voir évoluer au fil de ma lecture.

J’apprécie toujours autant la plume de Laura Lee Guhrke, elle est dynamique et fluide. L’autrice ne laisse que peu de temps morts dans son histoire que j’ai pris plaisir à lire.

Note : 4.5 sur 5.

3 réflexions sur “Jeunes filles en fleurs – Tome 1 – Et il l’embrassa… – Laura Lee Guhrke

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s