Lorsque refleuriront les pêchers – Laura Lee Guhrke

Au lendemain de la guerre de Sécession, Olivia Maitland vivote avec ses trois filles adoptives en Louisiane, où elle possède des vergers. Faute de main-d’œuvre, elle est sur le point de perdre sa récolte quand elle recueille chez elle un inconnu grièvement blessé. Olivia le soigne et reprend espoir. Une fois rétabli, l’homme lui prêtera main-forte. C’est un cadeau du ciel !

Drôle de cadeau, en vérité : ancien repris de justice devenu boxeur, Conor Branigan blasphème et use sans vergogne de son charme de bourlingueur irlandais. Olivia aurait-elle fait entrer le loup dans la bergerie ?

Je ne savais quel roman choisir dans ma PAL démentielle, heureusement qu’elle est dans ma Kobo, sinon, je pense que j’aurais tellement de livres que je ne pourrais même plus mettre un pied dans ma chambre… Mes bibliothèques débordent déjà et les pièces ne sont malheureusement pas extensibles. J’ai donc jeté mon dévolu sur un roman paru dans la collection « Les Introuvables » des éditions J’ai lu, je sais pas pourquoi mais le terme « introuvables » a grandement titillé ma curiosité, le macaron « Coup de cœur » a fini de me convaincre 😀 Et je me suis donc lancée dans la lecture de « Lorsque refleuriront les pêchers » de Laura Lee Guhrke paru en 2011 dans son pays d’origine.

Changement total d’ambiance, exit la campagne anglaise, exit la saison londonienne, c’est dans la Louisiane d’après guerre de Sécession que l’histoire se déroule. Et après avoir lu tant de romances se passant pendant la Régence, ça fait du bien de changer un peu de paysage. Et j’ai beaucoup aimé ce roman même si, car il y a bien souvent un si, il y a quelques éléments qui m’ont un peu chagriné mais rien de bien méchant.

Le gros point fort de ce roman est sans nul doute Conor Branigan, héros taiseux, ténébreux et torturé. Je ne crois pas avoir déjà lu de romances avec un héros aussi profond et intense. Conor Branigan est un irlandais, qui durant son enfance, n’aura connu que la famine et la mort. J’ai apprécié cette plongée dans l’histoire d’Irlande où les catholiques sont opprimés par les anglais et où la grande famine fit rage, c’est brutal et poignant. Les chapitres consacrés au passé de Conor sont considérablement tristes et choquants mais ils permettent de mieux cerner et comprendre Connor. Vu ce qu’il a vécu, certains de ses choix sont largement compréhensibles et entendables. J’aime ce genre de héros complexe, cabossé par la vie qui essaie de trouver tant que mal un sens à tout ce qu’ils ont vécu. Connor s’est construit une armure pour se protéger et la boxe est un exutoire qui lui permet de vivre sa vie librement sans aucune attache.

Autant dire que sa rencontre avec Olivia va le pousser dans ses retranchements. J’ai eu un tout petit plus de mal avec Olivia, alors certes, c’est une héroïne courageuse et battante. Mais, son petit côté « grenouille de bénitier » est parfois agaçant… Elle vit sur sa propriété « La Pêcheraie » avec ses trois filles adoptives, Becky, Carrie et Miranda qui sont attachantes et facétieuses. Et au fil des pages, les filles prennent un rôle essentiel pour la rédemption de Connor, il finit par s’attacher à elles bien malgré lui. Suite à la guerre de Sécession, Olivia a tout perdu, elle n’a plus de famille, les esclaves ont tous été affranchis et elle doit s’acquitter des taxes demandées par les Yankees alors qu’elle n’a plus de mains d’œuvre pour l’aider dans les champs. Elle est très attachée à la propriété et cela, je peux l’entendre, mais son obstination entraîne aussi les filles dans ses difficultés financières, il faut qu’elle compte chaque dollars pour pouvoir leur payer des nouveaux vêtements. Elle a l’occasion de vendre et de recommencer sa vie ailleurs, mais elle s’entête au point de mettre la vie des filles en danger. J’ai du mal avec ce côté un peu égoïste d’Olivia…

L’intrigue et son déroulement sont relativement classique mais l’histoire se lit avec plaisir malgré quelques personnages secondaires fort détestables et têtes à claques. Je trouve qu’il manque un épilogue mais c’est parce que j’aime bien les épilogues 🙂

Une lecture fort sympathique avec des personnages courageux et attachants. La plume est fluide même si on sent parfois que l’écriture commence un peu à dater. Une chouette découverte !!!

Note : 4.5 sur 5.

2 réflexions sur “Lorsque refleuriront les pêchers – Laura Lee Guhrke

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s