Les Rebelles d’Oxford – Tome 1 – Panique chez les Montgomery – Evie Dunmore

1879. Brillante mais sans le sou, Annabelle a été admise à l’université d’Oxford grâce à une bourse offerte par une ligue de suffragettes. En contrepartie, elle doit rallier à leur cause le duc de Montgomery. Une véritable gageure. Soutien des conservateurs, Sebastian a une vision archaïque de la gent féminine. Pour autant, Annabelle ne s’attendait pas qu’il lui demande d’être sa maîtresse. Elle s’en étouffe d’indignation.

Comment ose-t-il ? Femme libre et indépendante, elle ne risque pas d’accepter pareille proposition ! Mais c’est oublier un peu vite que ce redoutable séducteur possède un charme irrésistible…

Les éditions J’ai lu inaugure une nouvelle collection pour les fans de romances historiques puisque cette collection se nomme tout simplement « Regency » et 4 romans sont parus simultanément, et je dois avouer que j’ai eu un coup de cœur pour les couvertures que je trouve fort sympathiques. Et pour me lancer dans cette nouvelle collection, il fallait faire un choix et j’ai été très largement influencée par le web, les blogs lectures et les très bons avis sur le premier roman d’Evie Dunmore « Panique chez les Montgomery », alors je n’ai pas hésité très longtemps et je me suis plongée dans ma lecture avec un très grand plaisir 🙂 Bon, après, le résumé me faisait de l’œil 😆

Je me suis remise à la lecture de romance historique, il y a peu de temps mais ce que j’ai tout particulièrement apprécié dans « Panique chez les Montgomery », c’est que l’autrice place son intrigue au moment où les suffragettes tentent d’obtenir le droit de vote pour les femmes et c’est loin d’être de tout repos tant les obstacles sont nombreux. Je me trompe peut-être mais je n’ai pas l’impression que les suffragettes soient souvent évoqués dans les romances historiques et c’est dommage car il y a matière pour des héroïnes fortes et indépendantes. Quoiqu’il en soit, j’ai appris plein de choses dans ce roman, qui me semble bien documenté, genre, je n’aurais jamais imaginé que la reine Victoria soit contre le droit de vote pour les femmes. Et clairement, la place des femmes dans la société à cette époque n’était guère enviable, elles se mariaient, monsieur empochait la dot et madame ne possédait rien, limite, une chaise avait plus de droit qu’une femme au XIXème siècle. Donc, je suis contente de lire un roman qui propose une histoire liée aux suffragettes parce qu’on leur doit beaucoup 🙂

D’un côté, il y a Annabelle, jeune femme brillante, indépendante et engagée… Elle est admise à Oxford pour son plus grand bonheur car cela lui permet d’échapper à une vie de servitude chez un membre de sa famille qui semble particulièrement simplet sur les bords. Et comme c’est la ligue des suffragettes qui lui paie ses études, c’est tout naturellement qu’elle rejoint le mouvement. J’ai adoré Annabelle, car c’est une héroïne forte et fragile à la fois, elle est certaine de ses convictions mais est aussi en proie à de grands doutes et ce n’est pas sa rencontre avec Sebastian qui va arranger les choses. Certaines de ses réactions peuvent parfois sembler excessive, comme sa fuite dans la neige, mais je trouve que cela montre qu’elle a une grande force de caractère. Car, il ne faut pas se leurrer, à l’époque, les femmes instruites n’étaient pas bien vues, d’ailleurs Annabelle prend ses cours dans d’autres locaux que l’université. Il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes… Mais, Annabelle a un objectif et elle essaie de s’y tenir, quoiqu’il en coûte.

De l’autre côté, il y a Sebastian, duc de Montgomery qui un personnage masculin un peu classique. Conservateur, il est mandaté par la reine Victoria pour mener à bien les élections. Et sa rencontre avec Annabelle va mettre à mal toutes ses convictions. Si au début, il la considère juste comme un bas-bleu insignifiant à ascendance parasitaire, au fil de leurs rencontres et conversations, son avis sur Annabelle évolue et même s’il n’adhère pas à sa cause, dans l’ombre, il est plus enclin à l’aider. Au départ, Sebastian a une aura plutôt glacial qui va peu à peu se fissurer pour se réchauffer au contact d’Annabelle.

Car le gros point fort de ce roman, c’est bel et bien le duo formé par Annabelle et Sebastian, leurs joutes verbales sont jouissives et leur attirance mutuelle attendrissante. Car, si Sebastian ne doute pas de son attirance pour Annabelle, ce dernier est piégé de par son statut social, il s’en rend compte, ça le fait souffrir et il ne sait pas comment s’en sortir, c’est pour cela qu’il propose, maladroitement, le statut de maîtresse à Annabelle car au vu de leur différence de classes sociales, il ne peut pas lui offrir mieux. Et autant dire que pour Annabelle, une telle proposition résonne comme un réel affront et surtout pas en phase avec son combat de suffragette. Annabelle et Sebastian se retrouvent tous les deux tiraillés entre leurs sentiments, leurs positions dans la société et leurs convictions. Au fil des pages, je me demandais comment l’autrice allait s’en sortir scénaristiquement pour la conclusion de son livre et je trouve ça très cohérent.

Je ne vais pas tourner autour du pot, j’ai tout simplement adoré ce roman, de la première à la dernière page 🙂 L’écriture est fluide et pétillante, et j’ai hâte de lire le second roman d’Evie Dunmore. Un vrai coup de cœur ❤ ❤ ❤

Note : 5 sur 5.

13 réflexions sur “Les Rebelles d’Oxford – Tome 1 – Panique chez les Montgomery – Evie Dunmore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s