Tourmentes – Tome 2 – Cœur au large – Darlene Marshall

Chirurgien de marine, le Dr Alexander Murray est un homme taciturne et pragmatique. À bord du Magpie qui vient de quitter la Jamaïque, il est le seul à ne pas s’extasier devant la beauté de Mlle Daphné Farnham, dont la futilité l’horripile. Malheureusement, le capitaine l’a désigné pour veiller sur la jeune évaporée ! Un calvaire qui, il l’espère, ne durera que le temps de la traversée… Un soir, une tempête se déchaîne, et le bateau fait naufrage. Coincé sur une île déserte avec sa protégée, Alexander va découvrir que, contrairement à ce qu’il pensait, il n’est pas du tout immunisé contre ses charmes…

Le premier tome de cette série, même si tout n’était pas parfait, avait été une vraie bonne surprise, et j’avais apprécié ma lecture car complètement sous le charme de Charley. Le résumé du tome 2 m’intéressait moins mais le personnage du Dr Murray qui était présenté dans le tome 1 avait réussi à titiller ma curiosité et comme je suis très curieuse, il n’est pas très compliqué de me titiller 😆 Je me suis donc plongée dans la lecture de ce roman mais seulement à moitié convaincue.

Et je dois avouer que j’ai trouvé la lecture du début du roman très laborieuse, voir même pénible par certains moments, j’ai franchement eu du mal à me plonger dedans et j’ai rapidement identifié la coupable : Mlle Daphné Farnham !!! J’ai trouvé l’héroïne assez insupportable et agaçante. Elle glousse, elle piaille, elle jacasse… Bref, je la trouve tout sauf intéressante !!! Mais, comme toujours, il ne faut pas se fier aux apparences car, comme on le sait, elles sont très souvent trompeuses et au fil des pages, j’ai trouvé l’héroïne attachante, attendrissante même si elle reste toujours un peu agaçante… Donc, Daphné est agachiandrissante, en plus, elle aime le rose et a un bichon qui s’appelle Pompon 😆 Si au premier abord, Daphné semble être une jeune femme futile qui ne s’intéresse qu’à la mode, c’est parce que c’est vrai et cela montre surtout que l’éducation des filles aux XIXème siècle était plus que limité. Une femme trop instruite à cette époque était mal perçue, c’était plutôt « Sois belle et tais-toi ». Daphné est consciente de la coquille dans laquelle elle est enfermée, ses choix sont limités et difficile pour elle de s’en extraire. D’où sa fuite en Jamaïque quand son père veut la marier à un homme trop âgé… Et finalement, je ne la trouve pas si tête de linotte que cela, elle n’a juste jamais eu l’occasion de prouver ce qu’elle valait vraiment 🙂

Le Dr Alexander Murray est, quant à lui, l’exact opposé de Daphné mais ne dit-on pas que les opposés s’attirent ? Alexander est réfléchi et ultra pondéré… Il faut dire que son enfance n’a pas été des plus joyeuses et il a été rapidement confronté à la mort de personnes qui lui était chères. Sans argent pour faire des études, il devient chirurgien et il se plait à rappeler qu’il n’est pas médecin et qu’il n’a pas prêté serment de soigner. Et oui, les chirurgiens au XIXème sont vus comme des bouchers. Bref, un personnage taiseux, ténébreux, taciturne… Et évidemment, Daphné l’énerve dès les premiers instants.

Le naufrage et les jours qu’ils passent sur l’île vont rapidement dévoiler de nouvelles facettes pour Daphné et Alexander qui vont se découvrir petit à petit. Daphné veut se rendre utile et ne cesse de surprendre Alexander par ses capacités jusqu’ici étouffés par son statut d’héritière. Elle a soif d’apprendre et la plus petite expérience la rend heureuse et fière d’elle. Alexander s’ouvre peu à peu et s’illumine au contact de Daphné. Et finalement, l’alchimie prend entre Daphné et Alexander, et pourtant ce n’était pas gagné. J’ai fini par les trouver touchants et attachants. Ensemble, ils sont plus forts et ils se rendent mutuellement meilleurs.

Leur sauvetage permet d’introduire le capitaine St-Armand, pirate charmeur, qui sera au centre du 3ème roman de la série, et c’est un personnage nonchalant et exotique. J’ai aimé ce personnage et j’ai hâte de découvrir ses aventures.

La fin du roman reste plus classique et est relativement rapide, le petit coup de théâtre concernant Alexander n’était peut-être pas nécessaire, je pense que la fin aurait été plus intéressante sans 🙂

Finalement, une chouette lecture même si j’ai trouvé le début du roman long et laborieux 😀

Note : 3.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s