Trois amis – Tome 2 – Sous un ciel d’étoiles – Loretta Chase

« – Marie-toi, ou j’annule la saison de ta sœur. »
Tel est l’ultimatum de lord deGriffith, excédé par les excentricités de sa fille. Cassandra n’a aucune envie de rentrer dans le rang, mais un énième scandale éclate par la faute de Lucius, sixième duc d’Ashmont. Cette fois, sa réputation est gravement compromise, et quand Lucius lui offre le mariage, elle désespère. Est-elle condamnée à passer le reste de ses jours auprès de ce libertin buveur et immature, qui n’a pour seule qualité que son physique d’Adonis ? Il doit bien y avoir une autre solution, car elle ne le supporte pas. À vrai dire, elle le déteste…

La lecture du premier tome m’avait laissée un peu mi-figue mi-raisin, il y avait du bon, du moins bon et je le trouvais un poil déséquilibré. Mais je me suis, néanmoins, lancée dans la lecture du tome 2… Premièrement, je trouvais le résumé plutôt intéressant et, le duc d’Ashmont me semblait un personnage plutôt intrigant. Et je dois dire que j’ai largement préféré ce second tome au premier que j’ai trouvé moins brouillon dans l’évolution de la trame scénaristique. Mais pour moi, le point fort de ce tome, reste les personnages… Cassandra et Lucius forment un sacré duo et voir l’évolution de leur relation au fil des pages est vraiment plaisante.

D’un côté, il y a Lucius, le sixième duc d’Ashmont… En étant duc, tout le monde devrait lui manger dans la main et lui baiser les pieds mais sa réputation de buveur invétéré le précède et en fait tout le monde se fiche de lui… Il est souvent la cible des caricatures et n’est plus invité dans les multiples soirées mondaines, même la famille royale l’évite comme la peste. C’est un duc sans influence et clairement un mauvais parti…

De l’autre côté, il y a Cassandra, fille du comte deGriffith, et elle n’est pas plus épargnée par l’aristocratie… Elle s’intéresse à la politique jusqu’à interpeller un lord sur un projet de loi plus que bancal, elle conduit sa propre voiture… Elle a la langue acérée au point que la rumeur dit qu’elle aurait pleurer plusieurs gentlemen. Et elle est affublée de surnoms plus ou moins choupis comme la Gorgogne ou la Méduse. Une héroïne fort sympathique donc car elle ne rentre pas dans le moule et ça, j’aime. 😀

Contrairement à ce que j’ai pu penser à la lecture du résumé, Cassandra et Lucius se connaissent depuis l’enfance… Je pensais qu’elle le détestait car il représente tout ce qu’elle déteste comme la légèreté et l’inconstance. Mais non, ils se connaissaient et, évidemment, Cassandra a eu le coup de foudre et a idéalisé Lucius… Plus l’idéalisation est forte plus la chute est dure pour la pauvre Cassandra, qui suite à une énorme désillusion, elle décide de faire une croix sur Lucius mais le cœur à ses raisons que la raison ne connait point.

Alors lorsque le destin, fort taquin, met Cassandra et Lucius sur le même chemin, les situations qui en résultent sont pour la plupart truculentes. Mention spéciale aux piques assassines de Cassandra lorsqu’elle est exaspéré par le comportement Lucius et qu’elle lui indique que si elle le tue, soit tout le monde l’aidera à nettoyer la scène soit tout le monde détournera le regard 😆 Lucius, quant à lui, doit sévèrement sortir les rames pour séduire Cassandra. Et le voir jouer les gentlemen charmant et responsable, je l’ai trouvé attachant même s’il est parfois maladroit dans sa démarche ou dans ses propos. J’ai aimé son évolution tout au long du roman, et le voir se ratatiner devant le père de Cassandra qui n’est que « comte » alors que cela devrait être l’inverse 🙂 C’est un personnage qui s’est perdu quand il est devenu duc et il fallait quelqu’un pour le remettre sur le droit chemin même si le chemin à parcourir est semé d’embûches. Comme Cassandra lui oppose une fin de non recevoir à sa proposition de mariage, il doit prendre son temps pour la courtiser malgré sa réputation sulfureuse et les multiples scandales qu’il trainent comme de vieilles casseroles. J’ai apprécié que cet aspect du scénario prenne son temps.

Je reprocherais peut-être la dernière partie du livre avec une intrigue que je considère comme non nécessaire à l’histoire. J’ai trouvé que c’était un ressort scénaristique inutile qui alourdissait la fin du roman.

Un roman dont j’ai apprécié la lecture 😀

Je suppose que le dernier roman s’intéressera au dernier duc Blackwood et à sa relation qu’il entretient avec sa femme Alice. Et j’ai bien envie de connaître leur histoire 🙂

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s