Les Nuits de Douvres – Tome 2 – Rose et le Revenant – Kelly Bowen

Eli Dawes avait tout : la beauté, l’arrogance de la jeunesse, et les plus belles femmes à ses pieds. Mais Waterloo a brisé sa vie. Blessé, il fuit Londres pour se terrer à la campagne sur son domaine d’Avondale House, qui accueille désormais un institut pour jeunes filles. Il ne s’attendait certes pas à y retrouver Rose Hayward, qui y enseigne les arts plastiques! Rose, qui ne connaît de lui que l’insupportable noceur de jadis. Rose, qui le méprise de toute son âme et ne voudra jamais croire qu’il a changé. Rose, qu’il n’a jamais pu oublier et qui, au premier regard, l’enflamme d’une passion désespérée…

Après un premier tome que j’avais trouvé fort plaisant, j’avais apprécié les personnages de Clara et d’August et leurs innombrables passes d’armes, je n’étais que moyennement tentée par le tome 2 à cause du personnage de Rose. Je ne sais pas pas pourquoi mais je ne l’ai pas vraiment apprécié dans le tome 1 alors un tome entier consacré à Rose, je n’étais pas sûre de pouvoir le lire de bout en bout. Peut-être que j’ai trop d’a priori sur Rose et peut-être que ma lecture va me prouver que j’ai tord.

Et donc… Honnêtement… Comme je m’y attendais, j’ai trouvé le personnage de Rose absolument insupportable… De facto, la lecture a été un véritable calvaire 😐 C’est d’autant plus dommage car j’ai beaucoup aimé le personnage d’Eli. Mais malheureusement, il n’a pas réussi à donner plus d’équilibre à ce tome.

Après Waterloo et une grave blessure, Eli Dawes est de retour en Angleterre après des années de silence, au point que tout le monde le croit mort depuis longtemps. Défiguré, hors de question de retourner à Londres où l’apparence est primordial au sein de la haute société. Il choisit donc de s’installer à Avondale loin de Londres, de ses ragots et de ses rumeus. Lui qui voulait de la tranquillité, c’est raté surtout qu’il croise Rose dès les premières minutes et il n’est pas franchement ravi d’apprendre que le domaine est loué pour l’été. Ils se connaissaient avant qu’Eli ne parte à la guerre alors le choc est grand tant pour Rose que pour Eli de se revoir après tant d’années.

Eli est un personnage torturé, il a connu la guerre, et il souffre clairement d’un stress post-traumatique même si cela ne portait pas de nom à l’époque, les soldats ne revenaient pas de la guerre tout frais et tout pimpants. Il a des cauchemars, des angoisses, de l’anxiété… Il est autant blessé psychologiquement que physiquement… J’ai eu beaucoup d’empathie pour Eli, je comprends son choix de rester loin de tout surtout après tant d’années, il a besoin de temps et de tranquillité pour se reconstruire. Temps et tranquillité que ne le lui laissent pas Rose…

Rose est le summum du personnage hypocrite dans le style « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais », je l’ai trouvée moralisatrice, irritante et énervante. Je ne peux pas lui reprocher, en tant que femme artiste peintre, d’être libre et de voir la beauté au-delà des apparences. Mais, alors qu’Eli ne demande qu’à rester tranquille, elle le pousse toujours dans ses retranchements jusqu’à ce qu’il donne la réponse qu’elle souhaite. Elle lui demande tout sans vraiment se soucier du malaise et mal-être d’Eli. J’ai trouvé ça réellement pénible et agaçant…. Alors oui, je suis consciente qu’elle cherche à sortir Eli du trou mais qu’elle applique déjà ses conseils à elle-même. D’ailleurs, un seul dialogue résume tout cela :

« — Tu n’as pas accepté les limites, rétorqua-t-il durement. Tu ne m’as pas laissé me cacher. Tu ne m’as pas autorisé à faire ce que tu fais maintenant.
— Je ne me cache pas. Je fais ce que je dois faire.
— C’est un peu hypocrite, tu ne trouves pas ?
— Non. »

J’ai été aussi déçu que l’autrice ne développe pas plus le stress post-traumatique d’Eli, il fait des cauchemars qui sont rapidement oubliés et son envie de rester seul est également rapidement oubliée. Vu les horreurs qu’il a vécu et qu’il a vu, son rétablissement est beaucoup trop rapide pour être crédible… Je sais, ce genre de roman n’est pas fait pour être crédible mais tout de même :mrgreen: Les personnages « secondaires » m’ont aussi bien gavés, ils parlent tous du traumatisme qu’a vécu Rose, alors oui, ce que Rose a vécu est loin d’être drôle… Mais de là à presque le comparer voir à le minimiser à ce qu’a vécu Eli, non mais non quoi… Faut pas abuser là…

En résumé, en faisant court, je n’ai pas aimé ce tome, et je ne suis pas sûre de lire le tome 3.

Note : 2 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s