Il était une fois – Tome 2 – La Belle et la Bête – Eloisa James

À cause d’une malencontreuse méprise, la ravissante Linnet Thrynne est déshonorée. Sa tante trouve alors une solution : Linnet épousera Piers Yelverton, futur duc dont personne ne veut. Et pour cause : victime d’un accident qui l’a laissé boiteux et impuissant, il terrorise son entourage de ses fureurs dévastatrices. Puisqu’il n’a aucun espoir d’engendrer un héritier, il acceptera de donner son nom à une femme qui, pense-t-il, porte la vie. Ce sera l’union de la belle et de la bête. Sauf que Linnet est aussi pure que la blanche colombe et que son irascible fiancé est loin d’être un monstre…

J’attendais la lecture de ce tome 2 avec une grande impatience car il propose une relecture du conte La Belle et la Bête, un conte très ancien qui connu plusieurs versions, la plus connue étant celle de Marie Le prince de Beaumont qui elle-même s’appuie sur celle de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve. Cela reste un de mes contes favoris et j’attendais beaucoup de cette adaptation, le problème quand on a beaucoup d’attente c’est le risque d’être grandement déçue à la fin de la lecture. Ai-je été déçue ?

Non… J’ai adoré ma lecture de bout en bout ^_^

J’ai apprécié les deux protagonistes, bien que Linnet m’a fait un peu peur au début, et au final, elle est loin d’être aussi superficielle qu’elle aurait pu paraître, son petit caractère est bien caché dans les premiers chapitres du livre. Linnet est aussi belle que douce, pleine d’empathie et doté d’un langage parfois fleuri. Piers est cynique, désabusé et boiteux mais un excellent médecin, l’auteur ne s’en cache pas elle s’est inspirée de Dr House, il voit d’un mauvais œil l’arrivée de Linet accompagnée de son père dont il a une opinion très médiocre. Mais, la rencontre entre Linnet et Piers va créer des étincelles !!! Les prises de bec sont nombreuses et les dialogues sont savoureux.

Ils vont s’apprivoiser mutuellement, c’est à la fois drôle, touchant, parfois triste et plein de regrets. J’ai dévoré ce livre de bout en bout. Même les personnages secondaires sont intéressants, je pense notamment au père de Piers qui met en exergue le problème de dépendance à la drogue au XVIIIème siècle.

Coup de cœur !!!

Et je pense qu’il va rester un moment dans mon top 10 ^_^

Note : 5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s