Il était une fois – Tome 1 – Au douzième coup de minuit – Eloisa James

Réduite au rang de servante depuis la mort de son père, Kate vit sous le joug de sa belle-mère Mariana. L’odieuse femme va bientôt marier sa fille, Victoria, à un éminent parti, mais avant tout, la future épouse doit être présentée au prince Gabriel. Par un coup du sort, Victoria ne peut se rendre au château. C’est donc Kate qui est envoyée à sa place, déguisée en fiancée. Kate va rencontrer Gabriel, un prince aussi charmant qu’arrogant. Un prince pour qui son cœur vacille, mais que le destin s’acharne à lui dérober. Et si un baiser avait le pouvoir de tout changer ? Et si les contes de fées existaient ?

Grâce à cette série en cinq livres Il était une fois, Eloisa James propose une relecture de célèbre conte de fée dont certains ont été popularisés par Disney. Si les versions de Disney sont très connus, il n’est pas rare que les contes dont elles sont adaptées sont beaucoup moins connus et pour en avoir lu certains, nous sommes parfois très très très très loin des princesses paillettes Disney. Bon, les différentes entre les contes et les adaptations n’étant pas le sujet, revenons à nos moutons. Je dois dire que j’étais très intriguée par cette série de livres, du coup, je me suis lancée dans la lecture. C’est la première que je lis du Eloisa James, et je dois dire que j’ai apprécié sa plume, la lecture est fluide et plaisante. Par contre, ce premier tome m’a laissé un sentiment mitigé car celui-ci présente des défauts scénaristiques, bref, il est parfois un peu brouillon.

Bon, je pourrais reprocher le résumé un poil trompeur, Kate n’est pas vraiment une servante à proprement parlé puisqu’elle gère le domaine avec les moyens du bord c’est à dire pas grand-chose. La relation qu’elle entretient avec les autres membres du personnels est vraiment sympathique, j’ai beaucoup aimé les échanges quand ils parlent de la belle-mère ou des chiens de sa demi-sœur. Je pourrais lui reprocher certains traits de son caractère et certaines de ses opinions un poil tranchés, ce n’est pas vraiment une héroïne que j’ai trouvé attachante. De même pour le prince, j’ai eu du mal à le trouver attachant même s’il semble posséder un grand cœur, suffit de voir la ménagerie et les membres de la famille qui l’ont suivi dans son exil, c’est à la fois exotique et loufoque.

Je passe sur l’intrigue du bouquin où Kate doit se faire passer pour sa sœur et où tout le monde tombe dans le panneau, c’était vraiment trop gros pour être crédible… Dommage !!! Le point positif de ce livre est incontestablement la marraine, Henry, un peu farfelue à la langue acérée. Je l’ai trouvée vraiment touchante dans son histoire et son évolution au travers de ce qu’elle dévoile au fil des chapitres.

Un premier tome en demi-teinte. Il y a du bon, du moins bon… La lecture est agréable et fluide mais l’histoire manque d’un petit quelque chose.

Je me laisse néanmoins tenter par le tome 2 car La Belle et la Bête est un de mes contes préférés.

Note : 3 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s